Si la publication d’une biographie est indéniablement un travail d’équipe, il reste que le projet « Ma vie, quelle histoire ! » s’est construit au départ d’un passionné en particulier, en la personne de Julien KNOEPFLER.

Né en 1970 à Neuchâtel, en Suisse, Julien a mené sa scolarité et ses études dans cette ville, y devenant juriste, puis avocat. Il travaille ensuite comme chercheur en droit pénal, puis comme consultant (à Genève) autour des questions de management policier. Il se fait connaître aussi dans son canton d’origine comme promoteur des modes alternatifs de gestion des conflits, y créant (en 1997) une « Maison de la Médiation », aujourd’hui plus dynamique que jamais. 

En 2001, il profite d’un séjour de recherche – prévu pour une seule année – à l’Université Libre de Bruxelles (dans l’équipe du Professeur de criminologie Philippe MARY). Séduit par l’énergie découverte dans cette ville et ce pays, il fait finalement le choix de s’y installer. Il y travaillera 15 ans comme consultant et agent territorial (alternativement), conduisant diverses missions liées au management public et au développement durable, tant en Belgique qu’en France.

En 2015, suite à une année de transition (qu’il utilise notamment à suivre avec succès un master en droit public belge), il réalise un vieux rêve et se lance dans l’écriture, sous la raison sociale « Les mots pour le dire ».  Ses activités rédactionnelles se partagent depuis lors entre la conception / écriture / animation de sites web, l’accomplissement de reportages pour divers magazines et la réalisation de biographies (sous l’enseigne « Ma vie, quelle histoire ! », précisément).

Rédiger et publier des biographies, voilà un métier assurément passionnant ! Au sein de l’équipe de « Ma vie, quelle histoire ! », quatre dimensions de ce travail nous stimulent tout particulièrement, jour après jour.  

La rencontre et l’échange, en coeur à coeur dans un climat de confiance bienveillante

L’établissement d’une biographie est d’abord une affaire de rencontre. A ce titre, nous sommes à chaque fois fascinés et honorés par les confidences qui nous sont faites, par la qualité de l’échange qui est installé. Des « cadeaux » auxquels nous répondons par un rigoureux engagement sur le plan de la plus parfaite confidentialité.

L’exploration de la « grande » Histoire, par le biais des « petites » histoires véhiculées par chacun

Dans la logique du film Farenheit 451 (qui voulait que chacun contribue à sauver la culture menacée en apprenant par coeur un classique de la littérature), nous sommes toutes et tous des témoins essentiels de l’histoire de notre temps. Cette superposition des récits a, du reste, quelque chose de vertigineux… et d’infiniment émouvant !

La joie de l’écriture, par le choix du juste mot mais aussi du mode de récit le plus adéquat

Chez MVQH, la manière traditionnelle de raconter une vie est celle de l’interview suivant un fil chronologique. Mais d’innombrables autres formats sont imaginables : journal intime (reconstitué), alternance entre récit contemporain et flash-backs, insertion de petits poèmes en prose, etc., les illustrations dialoguant à chaque fois différemment avec ce matériau.

La recherche constante de l’excellence graphique, pour la production de vrais « beaux livres »

Il aura fallu pas moins de deux ou trois volumes pour que MVQH estime avoir définitivement ajusté sa maquette de base, propice à valoriser au mieux vos récits. Chaque nouvelle biographie n’en reste pas moins une aventure exaltante sur ce plan de la mise en page, en fonction de la forme du récit, de la nature des photos et de votre personnalité propre.

 

Comment devient-on biographe ? Comment se construit une biographie ? Quels genres d’interactions se mettent en place entre le biographe et ses clients ?

 

Pour découvrir les réponses à ces questions (et à quelques autres !), prenez le temps de visionner cette intéressante vidéo, fondée sur une mission peu commune ! 

 

(Pour démarrer la vidéo, cliquer sur l’image)